Les Grands Théorèmes du Poker

visiter le poker room

Les principales théories que nous connaissons aujourd’hui dans le cadre du Poker ont été fortement influencées par des principes fondamentaux, également appelés théorèmes, fonctionnant sur la base de calculs mathématiques. Il y a des théorèmes véridiques, c’est-à-dire basés sur une étude concrète, et des théorèmes hypothétiques, dans le sens où ils n’ont été exposés que par des joueurs qui sont certes professionnels mais qui se sont uniquement basés sur leur propre expérience.

Le Théorème Fondamental

Extrait de l’ouvrage Theory Of Poker qui a été rédigé par David Sklansky et qui a été publié pour la première fois en 1987, ce théorème est le plus important au Poker. Le théorème explique par Sklansky est le suivant : « A chaque fois que vous jouez une main d'une manière différente de celle dont vous l'auriez jouée en voyant les cartes de vos adversaires, ils gagnent ; à chaque fois que vous jouez une main de la manière dont vous l'auriez jouée en en voyant les cartes adverses, ils perdent ».

Ce théorème s’applique à l’ensemble des joueurs, adversaires inclus. Si les propos de Sklansky donnent plus mal à la tête qu’autre chose, il faut résumer ce théorème comme suit : au Poker, pour gagner, il faut prendre des décisions semblables et agir comme si on voyait les cartes de ses adversaires. Sauf que vous l’aurez compris, faire cela est impossible dans la pratique ! Le théorème de Sklansky, bien que judicieux, n’est pas forcément applicable.

Le Théorème de Morton

Le Théorème suivant a été énoncé par Andy Morton en 1997. Ce théorème avait pour but de réagir à certain propos de Mike Caro, un ancien joueur et coach de poker. « Lorsque vous n'êtes pas susceptibles de gagner le pot immédiatement en faisant passer tout le monde, vous ne devriez pas relancer […] C'est une erreur de relancer quand il y a plusieurs joueurs susceptibles de suivre, c'est ainsi que vous éliminez vos sources de profits », voilà ce que disait Mike Caro.

Une telle affirmation reprend le principe de Sklansky : avec une main forte, cela ne sert à rien d’éliminer ses adversaires qui ont des mains médiocres. Le but est de les forcer à joueur pour leur soutirer le plus d’argent possible. Sauf qu’Andy Morton a montré les failles de ce théorème : ce dernier ne fonctionnerait pas dans le cadre des pots multi-way.

Le théorème de Zeebo

Dernier théorème, celui de Greg "captZEEbo" Lavery, un ex-joueur de poker en ligne, devenu professionnel après avoir transformé un dépôt de 50 dollars en plus de 100 000 dollars américains. Datant de 2006, le théorème de Zeebo est le suivant : « Aucun joueur n'est capable jeter un Full quel que soit le tour d'enchère et quel que soit le montant de la mise ».

Zeebo explique ici qu’il est inutile de bluffer lorsqu’on pense que l’adversaire possède un Full. Si la situation est inversé, c’est-à-dire si le joueur à un Full, l’intérêt sera de faire grossir le pot et de miser massivement car un Full l’emportera toujours même si l’adversaire sort par hasard un Roi.

Si vous souhaitez approfondir vos connaissances sur le poker, nous vous conseillons de consulter le site http://www.sallesdepoker.eu/, vous trouverez plein d'articles intéressants.

Vous allez pouvoir maîtriser tout sur le poker en ligne grâce à tous nos conseils :